Monday, November 19, 2007

Recommended Books Re: The Miraculous Medal

The Miraculous Medal
Catherine Labouré

Wednesday, August 15, 2007

The Immaculate Mother of God Assumed Body and Soul into Heavenly Glory

End from Encyclical Letter of Pope Pius' XII: Munificentissimus Deus:

44. For which reason, after we have poured forth prayers of supplication again and again to God, and have invoked the light of the Spirit of Truth, for the glory of Almighty God who has lavished his special affection upon the Virgin Mary, for the honor of her Son, the immortal King of the Ages and the Victor over sin and death, for the increase of the glory of that same august Mother, and for the joy and exultation of the entire Church; by the authority of our Lord Jesus Christ, of the Blessed Apostles Peter and Paul, and by our own authority, we pronounce, declare, and define it to be a divinely revealed dogma:

that the Immaculate Mother of God, the ever Virgin Mary, having completed the course of her earthly life, was assumed body and soul into heavenly glory.

45. Hence if anyone, which God forbid, should dare willfully to deny or to call into doubt that which we have defined, let him know that he has fallen away completely from the divine and Catholic Faith.

Saturday, August 04, 2007

Panna Maria Pomocná



Matko Boska Pszowska (Slask), módl sie za nami!


Wednesday, May 30, 2007

S. Dominic, S. Angelo, S. Francis

Passing the night at St. Sabina in prayer and spiritual conference.

Monday, May 28, 2007

Sanctus Benedictus Abbas principalis totius Europae Patronus

„Fuit vir vitae“ – Antiphon zur Vigil und Psalm 27
Fuit vir vitae venerabilis gratia abbas Benedictus.
Er war ein Mann des ehrwürdigen Lebens durch Gottes Gnade – Abt Benedikt.
1. Dominus illuminatio mea et salus mea, quem timebo
Dominus protector vitae meae, a quo trepidabo?
1. Der Herr ist mein Licht und mein Heil: wen sollte ich fürchten?Der Herr schützt mein Leben: vor wem sollte ich bangen?
2. Dum appropiant super me nocentes, ut edant carnes meas: qui tribulant me inimici mei, ipsi infirmati sunt et ceciderunt.
2. Dringen Frevler auf mich ein, mich zu verschlingen: meine Bedränger und Feinde, sie straucheln und fallen.
4. Unam petii a Domino, hanc requiram, ut inhabitem in domo Domini omnibus diebus vitae meae; ut videam voluptatem Domini, et visitem templum eius,
4. Eines erbat ich vom Herrn, danach verlangt mich: im Haus des Herrn zu wohnen alle Tage meines Lebens, die Freundlichkeit des Herrn zu schauen und nachzusinnen in seinem Tempel.
5. Quoniam abscondit me in tabernaculo suo, in die malorum protexit me in abscondito tabernaculi sui; in petra exaltavit me.
5. Er birgt mich unter seinem Dach am Tag des Unheils, er beschirmt mich im Schutz seines Zeltes, er hebt mich empor auf den Felsen.

„Fuit vir vitae“ – Responsorium prolixum
Fuit vir vitae venerabilis gratia dei Benedictus;
et nomine ab ipso pueritie suae tempore cor gerens senile, etatem quippe moribus transiens
nulli animum.

Er war ein Mann des ehrwürdigen Lebens durch Gottes Gnade – Benedikt;
und dem Namen nach trug er schon seit frühester Kindheit das weise Herz eines Alten,
führte freilich sein Leben in Sittlichkeit und gab seinen Sinn keiner Begierde hin.
Despexit igitur, quo temporaliter libere uti potuisset, sancte conversationis habitum
quesivit.

Er verachtete also, was er in der Zeitlichkeit hätte frei genießen können und suchte lieber
die Form heiligen Lebensführung.

„O beati viri Benedicti“ – Responsorium prolixum
O beati viri Benedicti sancta preconia, o inaestimabilis dilectio caritatis, qui dum saeculi
pompa contempsit aeterna vitae coniunctus est; cui vivere Christus fuit et mori lucrum.

O heiliger Ruhm des seligen Mannes Benedikt, – o unschätzbare Liebe der Nächstenliebe –; er
hat, während er die Pracht dieser Zeit verschmähte, ins ewigen Leben Eingang gefunden; ihm war Christus Leben und Sterben ein Gewinn.

Wednesday, May 23, 2007

Sankt Magdalena

Welch ein Glück war dir verliehen
Schon in dieser Erdenfrist,
Reuig durftest du einst knieen
Vor dem Heiland Jesu Christ.

Durftest mit der Buße Sehnen
Nahen ihm, dem Gotteslamm,
Und mit wahrer Reue Tränen
Seine Füße fromm umfahn.

Der uns alle kam zu retten
Als ein guter treuer Hirt,
Löste auch die Sündenketten
Deiner Seele, weit verirrt.

An dem ersten Ostermorgen
Eiltest du zum Garten hin,
Mit der Liebe treuem Sorgen
An dem Grab des Herrn zu knien.

Welche Freude, dort zu finden
Den verklärten Herrn und Gott,
Der dir selber wollte künden,
Daß erstanden er vom Tod.

Bitt für uns, daß wir hienieden
Folgend dir, o Büßerin,
Kosten schon den Herzensfrieden,
Der der Buße wird verlieh'n.

Mit Druckerlaubnis des Erzb. Ordinariats Köln

Monday, May 21, 2007

Himmelfahrt

Der Himmel ist unsere Heimat. Freuen wir uns, daß er es ist, denn sonst hätten wir gar keine Heimat! Was wir auf Erden so nennen, das ist genau genommen nur ein Abbild der himmlischen Heimat, und wenn wir hienieden von einer Heimat sprechen, so drücken wir damit mehr den Wunsch nach einer solchen aus, als daß wir sie wirklich zu besitzen vorgäben. Zum Begriff der Heimat gehört ja nicht nur, daß wir von dort herstammen, sondern daß es uns dort gut geht und daß wir daselbst bleiben können. Nun stammt unser Leib freilich von der Erde, allein wie vielen Menschen geht es auf der Welt denn eigentlich gut? Und ginge es auch Jemand ganz gut, wie lange währt es? Fürwahr, die Erde zeigt sich uns nicht als Heimat, warum sollen wir sie also dafür halten? Vom Himmel dagegen stammt unsere Seele, für den Himmel ist Leib und Seele bestimmt, in ihm finden wir bleibendes Glück und ungestörte Ruhe.
Wer jedoch nach dem Himmel als seiner wahren Heimat strebt, der muß auf Erden sich als Fremdling betrachten, der darf sein Herz nicht ans Irdische hängen, sondern muß das suchen, was dort oben ist, wohin der Herr gegangen ist, um uns eine Wohnung zu bereiten.

Dr. Praxmarer

Mit Druckbewilligung des Hochw. Bischofs von Chur

Tuesday, May 01, 2007

St-Joseph's Oratory of Mount Royal


Founded in 1904 by Brother André, c.s.c., known to countless thousands as "The Miracle Man of Montreal". The huge basilica, with a capacity of 12.000 standees, crowns the work he initiated. It is the largest temple in the world dedicated to saint Joseph. Close to four million pilgrims and visitors come to the Shrine each year.

Sunday, April 01, 2007

The Limpias Crucifix

(Simulacre of the) Work of an unknown spanish artist, venerated in the church of St Peter of Limpias since 1755 and all over the Christian world since 1919, the year when thousands of witnesses have seen it, many times, opening and closing its eyes and looking sometime to heaven, sometime all over the world, while at the same time some persons could see blood oozing from the wounds of the heavy crown of thorns, covering its face and spreading all over the body.
It is said that no crucifix expresses the sufferings and love of Jesus for us as the Crucufix of Limpias; that it is the truest, the most moving and beautiful one in existance. Many temporal and spiritual favours are obtained everyday by the veneration of this holy crucifix.

"Come to me, all you who labor and are burdened and I will give you rest". (Mt. 11.28-29)

PRAYER: Infinitely merciful Father, I offer you by the dolourous and Immaculate heart of Mary with Saint Joseph, the nine choirs of Angels and all the Saints, the adorations, praises, love and infinite holiness of your beloved Son, Our Lord Jesus Christ, his heart wounded and burning with love, all his blood shed for us, all his sacred wounds and in them my life and the life and sufferings of all men, for my salvation and the salvation of the whole world, the delivrance of all souls from Purgatory and the praise of your merciful love.
Very merciful Father, I offer you the wounds of our Lord Jesus Christ for those in agony today.

N.B.: Any voluntary offering to the Work of the Companions of Jesus will be received with graitutde.
The Companions of Jesus+, 2399 Iberville Street, Montreal, P. Que., Canada, H2K 3C8

See also these links:

Saturday, March 24, 2007

Fatima: The Last Great Vision 1929 in Tuy, Spain

O most holy Trinity, Father, Son and Holy Ghost, I adore Thee profoundly. I offer Thee the most precious Body, Blood, Soul and Divinity of Jesus Christ, present in all the tabernacles of the world, in reparation for the outrages, sacrileges and indifference by which He is offended. By the infinite merits of the Sacred Heart of Jesus and the Immaculate heart of Mary, I beg the conversion of poor sinners. (Third Angel apparition, Fatima, 1916)

One of the most important of all the revelations of Fatima, is the last great vision in 1929. It appears to be a synthesis of the entire message.
This vision was unknown to the world until a few years ago when, for the golden jubilee of Fatima, it was revealed by Diocesan authorities. Previously it had been made known only to Pope Pius XII in a personal letter.
In her own words, Lucia describes the vision:

Suddenly the whole Chapel was illumined by a supernatural light, and a cross of light appeared above the altar, reaching to the ceiling. In a bright light at the upper part of the cross could be seen the face of a man and his body to the waist (Father) on his breast there was a dove also of light (Holy Spirit) and, nailed to the cross, was the body of another man (Son). Somewhat above the waist, I would see a chalice and a large host suspended in the air, on to which drops of blood were falling from the face of Jesus Crucified and from the wound in His side. These drops ran down on to the host and fell into the chalice. Our Lady was beneath the right arm of the cross (... it was Our Lady of Fatima with Her Immaculate Heart... in her left hand... without sword or roses, but with a crown of thorns and flames...). Under the left arm of the cross, large letters, as of crystal clear water which ran down over the altar, formed these words: Graces and Mercy.
I understood that it was the Mystery of the Most Holy Trinity which was shown to me, and I received lights about this Mystery which I am not permitted to reveal.
Our Lady then said to me:
The moment has come when God asks the Holy Father, in union with all the Bishops of the world, to make the Consecration of Russia to my heart, promising to save it by this means.

Imprimatur + JOHN, Bishop of Leiria, Leiria, April 26, 1968 - Blue Amy of Our Lady, Washington, N.J., 07882

Wednesday, March 21, 2007

Les apparitions de Campitello, Corse, 1899

Les apparitions de Campitello firent beaucoup - malgré leur impact presque exclusivement local, pour réveiller la dévotion mariale en Corse, et même dans le reste de la France, car la presse parla longtemps de ces faits, qui furent très spectaculaires.
Tout commença le 26 juin 1899: Maddalena Parsi dite Llellana, une fillette de quatorze ans, pieuse, très calme et sérieuse, alla chercher du bois mort à quelque distance de son hameau natal de Campitello: une localité pauvre et ignorée du canton de Costera, en Corse. Elle était à quelque deux ou trois cents mètres du village, récitant son chapelet tout en ramassant des branches, quand elle entendit, autour d'elle, un chant si suave qu'elle en resta un peu étourdie, comme toute ravie. Une de ses cousines qui l'avait accompagnée entendit également l'exquise mélodie: elle se nommait Perpétue Lorenzi. Quand le chant cessa, Llellena se retourna pour parler de cet inexplicable phénomène avec sa cousine, et elle vit, sur un rocher non loin d'elles, une Dame, vêtue tout de blanc, un voile bleu sur la tête, souriante...
Perpétue aussi voyait l'apparition, et les deux fillettes tombèrent à genoux, saisies par une extase qui dura plusieurs heures. Lorsque ce fut terminé et qu'elles reprirent leurs sens, les deux amies coururent au village et relatèrent leur vision. On sourit gentiment: Llellana et Perpétue étaient des filles calmes, incapables de mentir, très aimées du village mais elles avaient bien pu rêver, non? Et l'affaire sembla devoir en rester là. Des curieux voulurent se rendre sur les lieux, pour voir... car il n'était pas, à vrai dire, question de prier: la population s'était beaucoup déchristianisée et passait plus de temps à la préparation de vendettas, parfois meurtrières, qu'à la prière et à la fréquentation de l'église. Et, jusqu'au mois d'août, quelques pieuses femmes et des fillettes, qui allaient dire le chapelet dans ce site d'une beauté sauvage et grandiose, prétendirent avoir vu parfois une belle Dame sur le rocher. Mais étaient-ce des illusions de bigotes et d'enfants simplettes, non?

Le 26 août, plusieurs personnes s'étaient réunies près du rocher, lorsque certaines tombèrent à genoux: comme foudroyées! Elles semblaient évanouies, et l'on craignit bien ne pouvoir les ranimer. Elles dirent aux assistants qu'elles avaient vu la Dame.
Les apparitions commençaient à prendre une portée plus spectaculaires. Llellena et Perpétue, qui venaient prier régulièrement sur les lieux, avaient des visions d'une grande sobriété et recevaient des messages assez personnels, qu'elles ne rendirent pas publics: seules ces paroles furent transmises par Llellena:

- Vous ne savez pas combien vous gagnez d'indulgences, quand vous récitez le Rosaire!

Dès le 4 septembre, certains voyants sombrèrent à l'occasion des apparitions dans une sorte de somnabulisme qui leur faisait faire des choses étranges comme se jeter des pierres, grimper dans les rochers, malgré de graves risques de chute, se traîner dans les ronces et les épines sans se blesser, ramper comme des chats, sauter comme des cabris, pour atteindre le rocher très escarpé où l'apparition se tenait: là, ils devenaient très calmes et silencieux, n'ayant aucune égratignure. Puis ils se mirent à diriger les travaux qu'une force, ou plutôt une personne mystérieuse, semblait exiger de la population: aménager une place devant le rocher de l'apparition, pour y dresser une croix: déplaçant les blocs de pierre sans aucun effort, ils parvinrent très rapidement à faire aboutir le projet, sans cesser pour autant leurs prouesses et leurs batailles. On appelait ces visionnaires les somnambules. On constata bien, et très vite, que ces somnambules étaient recrutés, si l'on peut ainsi dire, parmi les éléments durs et irréligieux de la population, et on pensa que Dieu, ou la très Sainte Vierge, voulait leur faire expier par une sorte de possession diabolique et ces rudes travaux d'aménagement tous leurs manquements, quant à la pratique religieuse.
D'autres personnes, isolées ou en groupe, avaient à l'occasion des visions rapides, très belles, que le groupe des somnambules pouvait contempler aussi, en manifestant cependant une grande crainte. Certaines personnes avaient des extases: Llellena, Perpétue, et encore vingt-deux autres personnes, ce qui porta le nombre de voyants à 24.

Le curé suivait les faits et recevait tous les témoignages des voyants et des spectateurs, mais il restait réservé. Pourtant, la pratique religieuse à peine survivante reprit vigoureusement, l'église se trouvait constamment pleine, on se confessait régulièrement, le blasphème, fort répandu, disparut sur toute la paroisse, des familles se réconcilièrent à l'ahurissement de ceux qui les connaissaient: Dieu sait si les vendettas sont féroces en Corse!
Pendant longtemps, la Dame apparu seule, en prière sur le rocher, demandant la récitation du chapelet. Parfois, elle se manifesta dans un châtaigner, tout en haut du rocher.
Le 7 novembre 1899, la Vierge apparut curonnée, et elle portait l'Enfant-Jésus sur le bras gauche, et, de la main droite, présentait le rosaire. Six anges l'entouraient, et sainte Anne se tenait à ses pieds en prière. L'Enfant Jésus portait un globe avec une petite croix. Tous avaient la même vision.
Entre temps, plusieurs incrédules qui venaient pour se moquer des visionnaires, furent convertis à la réalité des manifestation par des apparitions: ainsi le maréchal des logis de la gendarmerie de Vico avec sa femme et son fils, qui virent la Vierge, dans une auréole de lumière; ainsi le concierge du collège de Bastia, venu pour faire cesser le fanatisme, comme il disait, et qui vit un autel chargé de cierges tout étincelants et de fleurs, avec le Saint Sacrement, et ensuite la très Sainte Vierge: la scène dura presque une heure. En janvier 1900, la Vierge commença à parler à tous les voyants:

- Je suis venue pour empêcher la guerre, je me montre pour que le monde croie!

A cette époque, Llellena entra chez les Bénédictines d'Erbalunga: elle le désirait depuis longtemps et les dix-huit apparitions dont elle avait été favorisée renforcèrent sa vocation. Au matin du départ de Campitello, elle alla prier avec sa famille et divers amis sur le lieu de l'apparition. Quand elle se leva, une énorme touffe d'oeillets sauvages, très parfumés, s'épanouit à l'endroit où alle s'était agenouillée!
Le 26 décembre 1899, un peu d'eau avait suinté au pied du rocher des apparitons, dans le maquis aride. Personne n'y avait prêté attention. En janvier, cette maigre exsudation était devenue une source abondante, aux eaux fraîches et limpides. Une jeune femme malade de Lama, Virginia Bertola, clouée au lit par un grave rhumatisme articulaire, invita son curé à commencer à son intention une neuvaine à la Madone, et appliqua à l'endroit douloureux une compresse d'eau de la Madone de Campitello et quelques feuilles du châtaigner: en récitant le rosaire quelques jours plus tard et ayant au prix de douleurs effroyables assité à la messe du dimanche pour la première fois depuis quatrorze mois à peu près, elle se retrouva instantenément guérie! Le rapport médical de cette guérison fut envoyé à Rome.
L'évêque de Bastia s'informait des apparitions: il fit demander le 5 janvier 1900 au Saint-Office si, devant l'ampleur des faits, il y avait lieu d'ouvrir, même très discrètement, une enquête canonique. Durant des mois on attendit la réponse de Rome, qui arriva à la fin du mois de septembre: l'enquête ne s'imposait pas, il fallait suivre les faits et interdire à tout membre du clergé d'intervenir directement pour diriger la prière ou s'occuper des voyants: seul le bon curé de Campitello avait pouvoir!

Le 7 janvier 1900, la Vierge se montra agenouillée, portant l'Enfant Jésus: tous deux étaient très richement vêtus, couronnés et entourés de lumières: une grande procession de saints et d'anges arriva et vint adorer l'Enfant Jésus, qui s'était relevé. Tous les assistans sentirent distinctement une délicieuse odeur de cire chaude: or les saints et les anges portaient de grands cierges, ce que les voyants précisèrent après l'apparition!
Le 13 février, ce fut l'apparition de la Pietà, tenant le Christ ensanglanté sur son giron: émus et bouleversés par la vision, les voyants pleuraient en récitant leur chapelet. Tous les voyants étaient des enfants, les somnambules avaient cessé leur travail, ils s'étaient fondus dans l'anonymat. Les extases du petit groupe des voyants étaient très dignes et très belles, on récitait le rosaire tous les soirs, et on faisait parfois de grandes processions en chantant: la Vierge Marie montrait le chemin à suivre, et tous les soirs la procession s'achevait à l'église devant le Très Saint Sacrement, pour l'adoration. Après ces exercices de piété, on revenait au rocher en passant par une chapelle dédiée à saint Roch, où l'on devait faire le chemin de croix, puis la très Sainte Vierge se montrait de nouveau, entourée d'anges, et montait silencieusement vers le ciel dans un nuage lumineux, escortée par des anges.
Le 21 février, la Vierge apparut devant une église magnifique, très élancée: trois sources limpides jaillissaient sur le parvis. Le 15 mars il y eut encore la vision de ce sanctuaire, aux trois porches ouverts: sous le premier se tenait la Vierge, toute radieuse et couronné d'étoiles, portant l'Enfant et entourée d'anges. Sous le second, un grand rideau de soie cachait un lieu d'où sortaient des gémissements mêlés à des prières. Sous le troisième, un panneau à gonds massifs barrait un lieu d'où on entendait très confusément des hurlements de terreur et de haine... Sous le porche où se tenait la Vierge, un choeur invisible faisait entendre une musique suave, et entre ce porche et l'autre, représentations symboliques du paradis et du purgatoire, un grand crucifix étendait ses bras, un peu en surblomb.

Les vision se poursuivaient ainsi, suivant les jours et le temps liturgique. Les voyants recevaient des messages qu'ils écrivaient sur des feuillets que leur passaient les assistants. Or tous les voyants - des enfants de paysans pauvres - étaient illettrés! Ces messages sont assez sobres, brefs, mais denses:

- Je suis la très Sainte Vierge et je porte dans mes bras Jésus tout ensanglanté. Oh, mes pauvres chers enfants, priez! Pauvres pécheurs, priez, sinon le démon vous emportera en enfer. Priez, priez!
- Je suis l'Immaculée Conception, je viens sauver le monde qui est trop emporté dans les plaisirs frivoles.
- Je suis venue dans ce village pour retenir mon divin Fils de punir les pécheurs. Peuple, à genoux! Priez pour ceux qui font de la peine à mon Fils, à Notre-Seigneur Jésus-Christ!
- Je suis la Vierge immaculée, qui est toujours bonne envers les pauvres pécheurs. Le bras de mon Fils est trop pesant, priez, priez!
- Priez, peuple de la Sainte Vierge, si vous désirez un jour le Paradis!


Un jour, sainte Anne fit à la Vierge une prière en faveur de l'humanité:
- Vous voyez que le monde n'est que trop pécheur! Sauvez-le en priant votre divin Fils!

Ces apparitions de Campitello ressemblent assez, comme on peut le voir, à celles de Tilly-sur-Seulles, qui se déroulaient aussi à la même époque, à l'autre bout de la France. Les analogies sont remarquables: il semble que Campitello ait pris de relais de Tilly (les faits de Tilly finirent le 25 avril 1899, ceux ce Campitello débutèrent le 26 juin suivant). Et les demandes sont les mêmes: prière, pénitence, rosaire et dévotion à la Passion du Christ. A Campitello, on a pu voir des phénomènes identiques à ceux de Tilly, des lumières dans le ciel, des pluies d'étoiles tout au long des apparitions etc.... Et il y eut là, comme à Tilly, des voyants qui avaient des apparitions démoniaques. Les faits durèrent à Campitello jusqu'aux premiers mois de l'année 1903. On constata que quelques voyantes étaient insensibles à la flamme ardente de leurs cierges: Perpétue Lorenzi, dont le bras puis la gorge furent léchés par la flamme pendant un intervalle de six minutes, Lucie Graziani qui tenait son cierge de façon à ce que la flamme lui léchât la main et se séparât entre ses doigts, et qui reçut de la cire brûlante dans l'oeil, tout ceci sans dommage et sans souffrance aucune.

Deux villages voisins furent le théâtre d'apparitions diaboliques: le hameau de Bigorno, à partir du 5 décembre 1899: à des visions discutables quant au contenu théologique se mélaient des apparitions à faire frémir: énorme chat aux yeux rouges, monstres menaçants. Le champ des apparitions se couvrait d'un tapis de lumières violettes que l'on pouvait prendre à pleines brassées, des voyants traçaient, avec leur langue, des croix de sang sur le pavé d'une chapelle désaffectée, une fontaine de sang jaillit dans cette même chapelle, derrière l'autel. A Lento, dès le 13 février, des phénomènes identiques se produisirent: grâce à l'intervention du curé, du maire et de queles personnes sensées, tout cessa rapidement. Mais, aux prodiges diaboliques de Bigorno, se mélèrent des faits plus dignes, plus beaux: apparitions graves à l'intérieur de la chapelle, visions de la passion et appels à la pénitence et à la prière. Peut-être deux ou trois voyants eurent-ils d'authentiques grâces de provenance céleste, mais tout fut si embrouillé qu'à présent encore les documents ne permettent pas vraiment de discerner. A Campitello, il y eut vraiment un groupe de voyantes très remarquables: Maddalena bien sur, et sa cousine Perpétue Lorenzi, ainsi que Ursule Arrighi, Lucie et Contessa Graziani. Toutes furent de très bonnes catholiques et vécurent saintement, trois entrèrent en religion. Maddalena était si sainte que, plusieurs fois, les bénédictines d'Erbalunga allèrent avec elle à Campitello. Et rien n'est plus frais à la lecture que cette description de la Vierge par la pretite Contessa Graziani:

- La Vierge était debout sur le rocher, pieds nus, et qutre anges se tenaient à genoux autour d'elle, le regard levé vers elle: les deux plus rapprochés se prosternaient, ils étaient vêtus de bleu, les autres étaient vêtus de blanc. Et elle avait une couronne, formée de deux rameaux fixés par un ruban bleu, qui flottait sur les épaules, et composé de roses blanches entremêlées de boutons de fleurs d'oranger. Et devant elle brûlaient cinq cierges placés sur cinq chandeliers d'or.

Comme pour les faits de Tilly, l'Eglise ne s'est pas prononcée sur les apparitions de Campitello. Le temps est passé, mais les fruits spirituels se sont maintenus: conversions, renouveau spirituel, paix.

- L'esprit de parti avait semé la désunion, la discorde. Les pratiques religieuses étaient vraiment délaissées, la médisance et la calomnie étaient à l'ordre du jour, on se faisait un jeu de se haïr, de se nuire; la corruption avait gagné les coeurs et le blasphème courait par les rues, nous étions perdus, sans ressource. Rien n'y faisait: il n'y avait plus de remise pour nous. C'est alors que la Sainte Vierge, qui ne voulait pas nous laisser là à périr, a tenté un grand coup. Elle s'est jetée au milieu...

Telle fut la conclusion du facteur de Campitello, le brave Dionisio, à une question de l'évêque, et c'est bien celle de tout le monde: Marie a vaincu le démon et l'a chasssé du village et des âmes.

R. Kling, "Rosa Mystica", N° 30, Mars-Avril 1980, Centre Bethania, Chaussée de Waterloo, 25 B-5000 Namur.

Voir aussi:


Tuesday, March 13, 2007

El pueblo predilecto de María

Corría el año 1917 y Europa seguía ardiendo en el incendio de la guerra mundial. En vano el gran Pontífice de la Paz, Benedicto XV, había recurrido a todos los medios humanos y divinos para apagarlo. El incendio se propagaba de pueblo en pueblo de continente en continente, amenazando arrastrar en el vértigo de sus llamas a todas las naciones del globo.
Un año antes había llegado el turno al pequeño Portugal, que, día a día, veía desaparecer la flor de sus hijos y sus escasos recursos en el espantoso abismo. Por todas partes llantos, ruina, desolación, muerte. Cuando, he aquí que entre los siniestros rumores de la guerra, empieza a circular por el país, de Norte a Sur, una noticia que sonaba como preanuncio de paz, una invitación placentera (como el arco iris en medio de la tempestad: A Fátima! A Fátima!
Y, qué era Fátima? Los mejores autores de geografía o de historia lo ignoraban. Fuera de Fátima, la hija predilecta de Mahoma, muerta en el año 632, de quien tomó el nombre en el siglo X la famosa dinastía de los Fatimitas, no conocían otra ciudad o persona digna de figurar en la historia, que respondiese a tal nombre.
Y eso no obstante, hoy, el nombre de Fátima corre de boca en boca, no sólo en Portugal, sino también en casi todas la naciones de Europa; y en muchas partes de Asia y América, de Africa y Oceanía, es conocido y bendecido y celebrado con entusiasmo siempre creciente.
Qué es Fátima? Una pequeña parroquia de 2.700 almas, de la diócesis de Leiría, perdida en uno de los contrafuertes de la Serra de Aire, a unos 150 kilómetros al norte de Lisboa, casi en el centro geográfico de Portugal.
Pueblecito antiguo, con nombre netamente árabe, como otros muchos de aquella región, cuyos orígenes se pierden en una curiosa leyenda, la historicidad de la cual no voy a garantizar, pero tampoco querría negarla enteramente.
El año de 1158, según la antigua crónica, cuando toda aquella región de Portugal, que se extiende desde el Tajo hacía el Sur, se hallaba sometida a la dominación musulmana, una brillante cabalgata de damas y caballeros árabes, elegantes en extremo, partían del castillo de "Alcacer do Sal", la mañana del 24 de junio, para celebrar la fiesta de San Juan, cabe las aguas del Sado.
Caminaban alegremente, cuando he aquí que se lanza sobre ellos fulminantemente una escuadrilla de portugueses, que estaba en acecho, guiados por el temido "Traga-Moiros" (Tragamoros), don Gonzalo Hermingues. A tan repentino ataque se desparrama el cortejo, la mayor parte de los caballeros sucumbe combatiendo con valor; los otros, con muchas de las damas, son hechos prisioneros y conducidos a Santarem, donde se hallaba por entonces don Alfonso Henriques, el fundador de la monarquía portuguesa, en guerra con la Medialuna.
El Rey, loada la proeza de los suyos, pregunta al capitán:
- Qué recompensa deseas?
- El honor de haberos servido, Majestad, y como recuerdo de esta jornada, osaré pediros la mano de Fátima.
Era Fátima la más noble de las damas, la hija del Valí de Alcacer.
- Sea así - respondió el Monarca - ; pero a condición de que la doncella se convierta a nuestra santa fe, y consienta en ser vuestra esposa.
Fátima aceptó. Luego que fue catequizada, recibió con el Bautismo el nombre de Oureana. Se celebró el matrimonio y el Rey, como regalo de bodas, dio a don Gonzalo la pequeña ciudad de Abdegas, que, desde aquel día, se llamó Oureana, hoy Ourem.
Se pasaron rápidos los años en continuas guerras con la Medialuna. Oureana murió en la flor de la vida, y el guerrero don Gonzalo, inconsolable en su dolor, buscó su alivio en la fe y se hizo Monje de San Bernardo en la gran Abadía de Alcoboça, recientemente construida por el Rey Alfonso, a unos 30 kilómetros de Ourem.
Poco tiempo después, el abad del monasterio hizo trasladar los restos de Oureana a un pueblecito distante 6 kilómetros de Ourém, donde había hecho levantar, en honor de Nuestra Señora, una iglesia y un pequeño convento. Desde aquel día el pueblecito tomó el nombre de "Fátima". Así la leyenda.
El convento existió hasta fines del siglo XVI y la iglesia perdura aún, pero la importancia histórica de Fátima fue siempre en disminución. En 1917 era su nombre desconocido aun a los más aficionados a la Georgrafía.
Los alrededores son todavía una de las más renombradas regiones en la historia de la Península Ibérica. Allí tuvieron lugar en el siglo XII algunos de los hechos más famosos de armas, que consagraron a Portugal cual caballero de Cristo en la lucha contra el Islam. Allí, en vigilia de la Asunción del año 1385, el Rey Juan I y el Santo Condestable, el Beato O. Nuño Alvares Pereira, héroe nacional portugués, con un solo grupo de hombres, fortalecidos con la protección de la Virgen Santísima, desbarataron el formidable ejército que el Rey de Castilla había reunido para invadir Portugal. En recuerdo de esta señalada victoria, que aseguró la independencia de Portugal, el Rey Juan hizo construir un grandioso templo a "Nuestra Señora de la Victoria" con el anejo convento de la "Batalla", verdadero joyel de arte gótico, que confió luego a los Padre Dominicos.
Cuidado principal de su celo fue el propagar en el pueblo de los alrededores la devoción del Santo Rosario. Esta devoción se arraigó de tal manera, que se ha conservado hasta nuestros días y ha sido practicada no sólo en todas las familias, sino aun entre los mismos niños. Era una hermosa preparación para merecer la gracia singularísima, con que María Santísima favoreció a aquellos sus devotos.
Y ahora, lector amigo, más que leer, gusta las maravillas obradas por María Santísima en aquel ángulo lejano del antiguo Continente.

CAPITULO PRIMERO de la Traducción de la 9.a edición italiana, 9.a edición española notablemente aumentada por FACUNDO JIMENEZ, S.J. de EL MENSAJE DE MARIA AL MUNDO - LAS MARAVILLAS DE FATIMA por Luis Gonzaga da Fonseca S.I., Profesor del Pontificio Instituto Bíblico de Roma. Ediciones Sol de Fátima - Patronato Juan XXIII - Orcasitas - Madrid-26, Casa del Corazón de María - Pontevedra

Saturday, March 10, 2007

Maximes de Saint François de Sales

Saint François de Sales, Évêque et Docteur de la Sainte Église
  • C'est le grand bien de nos âmes d'être à Dieu et leur très grand bien de n'être qu'à Dieu.
  • A qui Dieu est tout, le monde n'est rien.
  • L'âme la plus abandonnée à Dieu est la mieux gardée.
  • La Foi est un rayon du Ciel, qui nous fait voir Dieu en toutes choses et toutes choses en Dieu.
  • Quand le coeur est au Ciel, il ne peut être troublé des accidents de la terre.
  • La distance du Ciel à la terre ne saurait séparer les coeurs, que Dieu a unis.
  • Employons bien le temps de Dieu, afin qu'Il nous donne son Éternité.
  • Donnez-vous à Jésus sans partage et Il se donnera à vous sans mesure.
  • Il faut nous aimer ici bas sur la terre come nous nous aimerons un jour dans le Ciel.
  • Faisons comme les abeilles, suçons le miel de toutes les fleurs, c'est-à-dire: voyant les belles qualités de chacun excitons en nous le désir de les imiter.
  • Marie est cette belle Fleur, sur laquelle s'est reposé le Souffle de Dieu même.

IMPRIMATUR: Can. V. Rossi, Vic. Gen., Torino, 5-V-1964 - Vive + Jésus!

Monday, March 05, 2007

Die Verheißungen der Muttergottes in Pontevedra

Am 10. Dezember 1925 erschien Schwester Luzia (von Fatima) die Heiligste Jungfrau in Pontevedra und seitlich, in einer leuchtenden Wolke, ein Kind. Die Heiligste Jungfrau legte ihre Hand auf die Schulter und zeigte ein von Dornen umgebenes Herz, das sie in der anderen Hand hatte. Das Jesuskind sagte:
"Habe Mitleid mit dem Herzen deiner heiligsten Mutter, umgeben von Dornen, mit denen die undankbaren Menschen es ständig durchbohren, ohne daß jemand einen Sühneakt machen würde, um sie herauszuziehen."

Darauf sagte die Heiligste Jungfrau:

"Meine Tochter, schau mein Herz, umgeben von Dornen, mit denen die undankbaren Menschen durch ihre Lästerungen und Undankbarkeiten es ständig durchbohren. Suche wenigstens du mich zu trösten und teile mit, daß ich verspreche, all jenen in der Todesstunde mit allen Gnaden, die für das Heil dieser Seelen notwendig sind, beizustehen, die fünf Monate lang jeweils am ersten Samstag beichten, die heilige Kommunion empfangen, einen Rosenkranz beten und mir während 15 Minuten durch Bertachtung der 15 Rosenkranzgeheimnisse Gesellschaft leisten in der Absicht, mir dadurch Sühne zu leisten."

Monday, February 05, 2007

Rosalie Püt, stigmatisée belge

Le silence qui enserra la vie de Rosalie Püt, stigmatisée de Lümmen, fut suffisant pour qu'après sa mort son souvenir et son nom même s'effaçassent de la mémoire des habitants du village où elle vécut pendant cinquante ans. Rarement âme mystique a illustré aussi parfaitement cette horror factorum supernaturalium (horreur des faits surnaturels) si caractéristique de notre siècle! Le naturalisme a depuis longtemps été érigé en unique système et en instrument d'investigation et d'examen des "phénomènes mystiques", c'est-à-dire de ce qui relève du surnaturel; l'objectivité scientifique et la vertu de prudence ont été balayées en ce délicat domaine par l'irruption incontrôlée des sciences humaines, et ce avec la complicité, voire l'approbation même d'une hiérarchie timorée ou imbue d'idées novatrices... Par cette première brêche qui permettait un assaut direct de la foi dans ses manifestations en apparance fort secondaires, le rationalisme put se glisser et prendre racine dans l'esprit des clercs et, voilant puis faussant leur intelligence, s'exercer de façon systématique dans les domaines les plus fondamentaux de la foi: la théologie, certes et l'exégèse surtout.

Rosalie Püt naquit en Belgique, près Hasselt, au village flamand de Lümmen; elle vit le jour en la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, le 16 juillet 1868 et fut la troisième des neuf enfants de pieux et très pauvres paysans. Dès sa septième année, sa mère la confia à une famille de Viversel qui avait promis de s'occuper de la fillette à condition que celle-ci se rendît utile dans quelques travaux domestiques.
En réalité, la petite Rosalie fut accablée de toutes sortes de tâches parfois très lourdes; elle était chargée du soin des enfants, devait mener un troupeau de vaches au pâturage après avoir fait le ménage le matin, etc. ... Comme l'école n'était nullement obligatoire à cette époque, Rosalie n'y fut envoyée qu'occasionellement, en hiver, lorsque le relentissement des activités permettait à ses gens de se débarrasser d'elle sans que la bonne marche, l'ordre et les finances de la maison en pâtissent.
Tout de suite, la jeune maîtresse de maison a pris la fillette en grippe: les coups pleuvaient, sous le plus futile prétexte, notamment quand les enfants s'éveillaient la nuit en pleurant. Rosalie prit l'habitude de dormir à même le sol, une pierre sous la tête: elle s'assurait ainsi un sommeil assez léger pour être interrompu par les premiers cris des moutards, ce qui lui permettait d'être au pied de leur lit et de les consoler avant que leur complainte parvînt aux oreilles des parents. Ainsi formée par la nécessité du moment à une rude ascèse involontaire, Rosalie fut préparée à entrer dès l'heure de Dieu dans les voies où Il la conviait.
Âme précocement silencieuse, Rosalie ne parla de rien de tout cela; elle ne dit pas non plus que sa maîtresse se querellait fréquemment avec chacun de ses proches et dressait son époux contre tel ou tel, notamment contre sa propre mère qu'il lui arrivait de battre devant la fillette horrifiée. Ces querelles domestique attristaient l'enfant et son père constata qu'elle s'anémiait et se renfermait. Il la plaça dans une autre famille, à Eversel: ce ne fut guère mieux, le travail était aussi pénible et une vieille femme acariâtre et gâteuse lui rendit la vie fort dure.

Courageuse et pieuse, Rosalie ne paraissait à personne une enfant singulière: piété solide, bon sens pratique et discrétion vont souvent de pair! Elle fut admise à la première communion à l'âge de neuf ans et demi, comme toutes ses compagnes. Rien de particulier ne marqua ce jour, en apparence, du moins. En fait, Rosalie fut projetée, presque avec violence, dans le monde surnaturel: le Christ lui apparut et lui montra une croix aux branches rudes ornées d'une couronne de roses. Comme l'enfant admirative tendait les mains vers ces fleurs, elle se fit violence et pria les mains jointes pour ne pas céder à l'attrait de la guilande parfumée: alors les corolles faîches et veloutées firent place au lacis ensanglanté d'une couronne d'épines, Rosalie s'en empara et la mit sur sa tête résolument; elle reçut au même instant l'impresson des stigmates! Tout épouvantée, l'enfant supplia le Seigneur: il fallait que nul ne vît ces plaies. Et Jésus promit que rien ne serait perceptible aux autres.
A partir de ce jour, Rosalie éprouva tous les vendredis des souffrances d'autant plus terribles, que personne ne les soupçonnait et qu'on profitait de ce jour précisément pour l'écraser de travail!
En même temps, les phénomènes mystiques, bien malgré la volonté de la fillette, se multipliaient et infléchissaient insensiblement le cours qu'elle avait souhaité donner à sa vie. Une très vive faim de l'Eucharistie la tenaillait sans répit, et elle pleurait de ne pouvoir se rendre à l'église autant qu'elle l'eût souhaité: finalement, elle reçut la consolation de communions mystiques qu'un archange de la suite de la Vierge Marie venait lui apporter toutes les nuits, plus ou moins tard. Le messager céleste était précédé par le tintement d'une frêle clochette argentine, et souvent accompagné de deux ou trois âmes du Purgatoire pour lesquelles il demandait des prières. M. Duchâteau, qui desservait la paroisse de Lümmen, et qui était le confesseur de Rosalie, fut une fois le témoin bouleversé d'un de ces passages surnaturels.
La fillette d'à peine dix ans désirait aussi, de tout son coeur et sans bien en comprendre toute la signification, faire voeu de chasteté. Elle put s'ouvrir de ce souhait à son confesseur, qui donna l'autorisation pour un an: "J'aimerais être pure comme la Sainte Vierge, disait Rosalie, et, ainsi, Dieu recevrait plus volontiers ma prière en faveur des pauvres âmes du Purgatoire."
Au bout d'un an, Rosalie songait à reconduire son voeu. Etant fort occupée par son travail et pressée par sa maîtresse de faire plus vite ce qui lui était demandé, elle vit soudain devant elle la croix apparaître, avec une guirlande de roses tout ouvertes et d'une blancheur éclatante qui ornaient le bras droit; sur le bras gauche, une couronne de piquants acérés et ensanglantés; au milieu, toutes fraîches et fragiles, des roses rouges en boutons, à peine sur le point d'éclore. Très laborieuse, et n'attachant pas d'importance inconsidérée à toutes ces manifestations, la fillette poursuivit discrètement sa tâche et détourna les yeux. Mais c'était en vain, la vision s'imposait...
Rosalie relata le fait à son confesseur, qui l'expliqua ainsi: "Le Seigneur veut te donner à porter une lourde croix et sa couronne d'épines: tu auras beaucoup à souffrir, mais l'acceptation, l'accueil des peines et des souffrances permettra aux boutons de roses de s'épanouir pour former la couronne qui sera ta récompense au ciel. Quant au collier de roses blanches, c'est le don de ta pureté et de ta chasteté. Tu pourras renouveler ton voeu après la communion d'aujourd'hui."
Pendant la communion de ce jour, Rosalie vit dans chaque hostie une croix, symbole de celles à chaque âme proposées par le Seigneur. Voyant près d'elle une très vieille femme qui communiait, et, en même temps, la croix qui lui était présentée à son insu, Rosalie fut émue de compassion, et elle se tourna vers Dieu pour qu'il daignât la charger de ce fardeau à la place de la pauvre femme. Elle inaugura ainsi un des aspects les plus touchants, les plus cruels ausi, de sa mission: la substitution de souffrances pour en soulager ses frères et faire ainsi acte de réparation.
Âme éminemment eucharistique et mariale, âme favorisée de grâces mystiques insignes, Rosalie a été surtout une âme réparatrice. Son grand désir, longtemps mûri dans le silence et la prière, était de se consacrer à Dieu comme religieuse, et comme missonnaire même, si cela était possible. Dieu a d'autres vues sur les âmes qu'Il se choisit, que celles, même les plus louables, qu'Il semble leur suggérer. Au terme d'une adolescence fervente que nul ne soupçonnait si profondément empreinte par Dieu, Rosalie se prépara à entrer dans un couvent d'Anvers: tout était réglé, tout allait se faire et tout s'écroula d'un coup... Une mystérieuse et atroce maladie s'abbatit sur la jeune fille et la terrassa en quelques jours, elle qui n'avait été, dans toute sa vie, que rarement fatiguée. Bientôt réduite à la dernière extrémité, semblant arriver au terme de sa vie, elle fut administrée, le jour même où son entrée en communauté avait été fixée. La seconde partie de son existence s'ouvrait...

Rosalie Püt ne mourut point. La maladie prit possession de son corps: paralysie, crampes douloureuses furent les séquelles d'une foudroyante infection généralisée. Pendant trois ans le corps lutta, balloté entre la vie et la mort, le mal se stabilisa enfin: rivée à son lit, la malade n'en devait plus sortir que tous les vendredis, mystérieusement, pour être associée à la Passion et au crucifiement du Christ.
Tous les vendredis, les plaies des stigmates s'ouvrirent, larges et profondes, répandant flots de sang et effluves odorants. L'extase douloureuse se produisit, régulièrement, de 9 à 13 heures. La paralysée était comme projetée hors de son lit et tombait face contre terre sur le dur carrelage de la petite chambre, puis mimait les trois actes de la Rédemption: les chutes, la mise en croix à midi précis, la mort enfin... Toutes les extases, sans exception, s'achevaient par une prière d'oblation en faveur des âmes du Purgatoire.
Plusieurs phénomènes accompagnaient ce noyau mystique de la participation à la croix: don des langues (elle priait en araméen, en latin, en allemand, en français, en grec, toutes langues qui, bien évidemment, lui étaient inconnues); missions extraordinaires en bilocation (plusieurs exemples en furent attestés); discernement des reliques et des objets bénits ou consacrés etc.... Rosalie Püt présente des analogies remarquables avec la stigmatisée de Dülmen, Anne-Catherine Emmerick, et ce non seulement sur le plan des charismes; comme la visionnaire allemande, Rosalie Püt fut favorisée, dans ses extases, de révélations fort intéressentes sur la vie du Seigneur et celle de la Vierge; nous n'en possédons malheureusement que de minces données, car Rosalie n'écrivait pas et elle n'eut à son chevet nul Brentano qui se souciât de prendre en note ses paroles. Quelques comptes-rendus, notamment sur la mort de la Vierge Marie à Ephèse et son Assomption, soulignent la concordance dans les moindres détails entre les révélations d'Anne Catherine Emmerick et celles de Rosalie Püt. Fort significatif aussi est le fait que la stigmatisée de Dülmen apparaissait fréquemment à Rosalie, lui apportant consolation et encouragements.
A Lümmen, la stigmatisation de Rosalie fut à peine connue; sa famille, par discrétion, jeta un voile de silence autour d'elle, si bien que toute la communauté villageoise se borna à constater le retrait de celle qui n'avait toujours été qu'une pauvre servante à gages. Il y eut assez de commères en mal de parlotte pour insinuer que la jeune fille était devenue une sorte de sorcière, que la famille n'acceptait presque pas de visiteurs, que "quelque chose n'allait pas chez les Püt." Il y eut également des calomnies grossières, comme les curieux insatisfaits sont capables d'en inventer. La famille elle-même ne semble pas avoir saisi la portée des faits, et la mère Püt, souvent énervée et agressive envers les rares visiteurs, a donné, bien involontairement, prise à tous les ragots de la campagne.
La plupart des visiteurs étaient des prêtres mis dans la confidence par le confesseur de Rosalie: franciscains d'Hasselt, religieux allemands et belges. Quelques laïcs purent assister parfois aux extases du vendredi; on vit, dans l'humble et triste maisonnette des évêques et des personnages politiques venus clandestinement pour chercher au chevet de la stigmatisée lumières ou conseils. Le pape Pie X recevait une information régulière sur Rosalie et lui adressa sa bénédiction pontificale à l'occasion du 25° anniversaire de sa stigmatisation. Elle fut également visitée par Mgr Van Rossum et par l'écrivain J. Joergensen.
A l'évêchée de Liège, on s'émut quelque peu en apprenant les faits de Lümmen: prudence et silence furent recommandés au clergé, il n'y eut pas de démarche officielle toutefois: aucune enquête n'a été ouverte sur Rosalie Püt. L'évêchée défendit aux prêtres de Lümmen et des environs de porter chaque jour la communion à la stigmatisée, ce qui lui fut une douloureuse épreuve qu'elle accepta sans aucun soupir, sans un murmure. Dans les années précédant la première guerre mondiale, une violente campagne de presse fut menée dans divers journaux religieux contre Rosalie et son entourage: calomnies insensées et tentatives d'explication naturelle de tout le phénomène de stigmatisation. Ces articles, tous rédigés par des personnes qui n'avaient jamais approché la stigmatisée, n'eurent pour effet que de faire connaître ce qui était resté jusque là caché au plus grand nombre. Cela ne dura pas longtemps.
La guerre éclata, le silence retomba, encore plus dense qu'auparavant, sur Rosalie Püt. Elle ne parlait presque plus, sa vie entière était offertre en Holocauste; les souffrances s'accrurent avec la guerre, généreusement demandées par la stigmatisée "si cela peut contribuer à vous faire aimer plus, ô mon Jésus, et à faire cesser cette horrible boucherie!"
Le conflit cessa enfin. Rosalie était devenue énorme, le corps enflé par l'hydropisie était plié en deux, les membres noués. Ayant fait le sacrifice de sa vie, la stigmatisée de Lümmen mourut dans la nuit du 17 au 18 février 1919, après une agonie très brève et parfaitement lucide. Son visage fut, pendant quelques jours, d'une étonnante beauté.
Soeur Anne-Marie
Centre BETHANIA - Chaussée de Waterloo 25, B-5000 Namur, "Rosa Mystica", Janiver-Février 1978

Thursday, February 01, 2007

Katholischer Haussegen

Der Segen Gottes komme reichlich über dieses Haus und über alle, die daselbst wohnen! Die Gnade des Heiligen Geistes heilige alle!
Der Name, in dem allein Heil ist, der allerheiligste und süßeste Name JESUS ergieße in reichlichem Maße Heil und Segen über dieses Haus und alles, was darin ist. Es möge in diesem Hause stetsfort walten und herrschen Frieden, Eintracht und aufrichtige Liebe, Verträglichkeit, Unschuld, Frömmigkeit und Gottesfurcht.
Die allerseligste Jungfrau und Mutter Gottes MARIA wolle in mütterlicher Fürsorge für alle sorgen und alle bewahren vor allem Übel des Leibes und der Seele!
Die mächtige Fürbitte des glorreichen heiligen JOSEF erflehe unseren Arbeiten glückliches Gedeihen und unseren Leiden reichliche Verdienste.
Die heiligen SCHUTZENGEL mögen alle in diesem Hause beschützen vor allen Nachstellungen des bösen Feindes und bewahren vor jedem Unglück und alle einst sicher führen ins himmlische Vaterland!
Der Segen des allmächtigen Gottes des + Vaters und des + Sohnes und des + Heiligen Geistes komme über uns und bleibe bei uns allezeit! Amen.

Prière en l'honneur du S. Enfant Jésus vénéré dans l'église de l'Aracoeli à Rome

(Cette statue miraculeuse fut couronnée par le Chapitre du Vatican le 2 Mai 1897.)

Très aimable Seigneur Jésus, qui vous êtes fait pour nous petit Enfant, et qui avez voulu naître dans une étable pour nous délivrer des ténèbres du péché, pour nous attirer à vous et nous embraser de votre saint amour, nous vous adorons comme notre Créateur et notre Rédempteur, nous vous reconnaissons et nous vous voulons pour notre souverain Maître, et nous vous offrons le tribut de toutes les affections de notre pauvre coeur. Cher Jésus, notre Seigneur et notre Dieu, daignez accepter cette offrande, et afin qu'elle soit moins indigne de vous, pardonnez-nous nos péchés, éclairez-nous et enflammez-nous de ce feu sacré que vous êtes venu apporter sur la terre pour en embraser tous nos coeurs. Que notre âme devienne ainsi un sacrifice perpétuel en votre honneur, et qu'elle cherche toujours votre plus grande gloire ici bas, afin qu'un jour elle jouisse de votre infinie beauté dans le Ciel. Ainsi soit-il.


Le 18 Janvier 1894, S. S. Léon XIII a accordé cent jours d'indulgence, applicable aux âmes du Purgatoire, à tous ceux qui, le coeur contrit, reciteront cette prière avec dévotion. Cette indulgence peut se gagner une fois par jour.

Wednesday, January 31, 2007

Unsere Liebe Frau vom Heiligsten Herzen Jesu, Issoudun

I. Gegenstand der Andacht zu Unserer Lieben Frau vom Heiligsten Herzen

Jesus hat seiner Mutter eine unaussprechliche Macht über sein Herz verliehen, wodurch sie die Vermittlerin aller Gnaden ist, welche von demselben ausgehen. Der hl. Bernhard sagt: "Wir müssen wissen, daß alle Hoffnung, alle Gnade, alles Heil, das in uns ist, von ihr auf uns überströmt. - Ohne Zweifel wird der Sohn die Mutter und der Vater den Sohn erhören. Kann der Sohn (die Mutter) abweisen oder (vom Vater) abgewiesen werden? Kann der Sohn unerhört lassen oder unerhört bleiben? Beides ist unmöglich. Stets wird Maria Gnade finden, und Gnade allein ist es, was uns nottut." (Serm. de aquaed.)
Maria besitzt den Schlüssel zum Herzen ihres göttlichen Sohnes, zu diesem Herzen, das da ist eine unversiegbare Quelle aller Gnaden. Nach ihrem Belieben kann sie dasselbe aufschließen, um daraus über die ganze Welt zu verbreiten alle jene Schätze der Liebe und der Barmherzigkeit, der Erleuchtung und des Heiles, welche dasselbe in sich verschließt. Wir dürfen sie darum betiteln: Unsere Liebe Frau vom Heiligsten Herzen, d.h. Schatzmeisterin des göttlichen Herzens Jesu, und uns an sie unter ihrem neuen Ehrentitel wenden mit unbegrenztem Vertrauen, besonders in den schwierigsten Augenblicken und in den mißlichsten Umständen des Lebens.

II. Ursprung der Andacht zu Unserer Liebe Frau vom Heiligsten Herzen

Die Missionare vom heiligsten Herzen zu Issoudun waren es, welche zuerst Maria unter dem schönen Titel "Unsere Liebe Frau vom Heiligsten Herzen" verehrten. Am 8. Dezember 1854, dem Tage der Verkündigung des Glaubenssatzes von der Unbefleckten Empfängnis, hatte der Stifter dieser Gesellschaft Maria versprochen, ihre Ehre auf ganz besondere Weise zu befördern, falls sie sein Werk segnen wolle. Als er nun im Jahe 1857 zur Erfüllung seines Vesprechens ihr in der Kapelle der entstehenden Kongregation zu Issoudun einen Altar errichten wollte, da flößte ihm der Himmel den Gedanken ein, Maria anzurufen unter dem herrlichen Namen: "U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen Jesu". Ein kleines Schriftchen, welches damals veröffentlicht wurde, um die Andacht zu U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen kennen zu lernen, erhielt die Genehmigung von mehr als 400 Bischöfen.

III. Gebetsverein U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen um glücklichen Ausgang in schwierigen und hoffnungslosen Anliegen

Die herrlichen Aufmunterungen von Seiten des Episkopates und die wunderbaren Gnaden, welche durch die Vermittlung U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen erlangt wurden, gaben uns den Gedanken ein, ihr zu Ehren einen Gebetsverein zu errichten, um auf ihre allvermögende Fürsprache hin, sowohl in geistlicher als in zeitlicher Beziehung einen glücklichen Erfolg in schwierigen und hoffnungslosen, verzweifelten Anliegen zu erlangen. (Ach! wie ungemein groß ist heutzutage die Zahl solcher Anliegen!) Überzeugt, daß dieses von Gott eingegebene Werk für die Welt ein Quell reichlicher Segnungen und Gnadenhilfe werden könnte, beeilte sich der berühmte und fromme Erzbischof von Bourges, demselben am 29. Januar 1864 die kanonische Errichtung zu verleihen.

IV. Fortschritte des Gebetsvereins U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen

Im Monat Juni des nämlichen Jahres geruhte Se. Heiligkeit Papst Pius IX. durch apostolisches Breve diesen frommen Gebetsverein zu genehmigen und denselben mit kostbaren Ablaßschätzen zu bereichern (siehe deren Aufzählen sub Nr. VIII).
Als Pius IX. Kunde erhalten hatte von den unzählbaren Gnadenerweisungen, welche auf Fürsprache U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen stattgefunden, wollte er, im Februar 1869, den Mitgliedern dieses Gebetsvereins einen glänzenden Beweis seiner Zuneigung geben. Er beschloß die feierliche Krönung des Gnadenbildes U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen von Issoudun und schrieb sich selbst als Mitglied dieser Bruderschaft ein. Unten auf dem Aufnahmebilde schrieb er eigenhändig die schönen Worte:
Pius IX., welcher wünscht, die allerseligste Jungfrau Maria zu lieben.
Die Krönungsfeier fand statt am 8. September 1869.
Fünfzehn Prälaten, achthundert Priester und fünfundzwanzigtausend Pilger, welche aus allen Teilen Frankreichs und aus fremden Ländern zusammengeströmt waren, wohnten dieser erhabenen Zeremonie bei. Seither geruhte Pius IX. den Gebetsverein mit mehreren Beglückwünschungsbreven zu beehren und sie mit neuen Ablässen zu bereichen. (Die Kapelle U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen zu Issoudun, die Wiege der Erzbruderschaft, wurde von Sr. Heiligkeit Papst Pius IX. am 13. Juli 1874 zu einer Basilika zweiten Ranges erhoben: Dieses bevorzugte Heiligtum ist das Werk der Frömmigkeit der Gläubigen.)
Im Namen von dreiundsechzig Bischöfen Frankreichs wurde dieses Land bei der Wallfahrt nach Issoudun, am 17. Oktober 1872 durch Se. Gnaden, den hochwürdigsten Herrn Erzbischof von Bourges, feierlichst U.LFr. vom Heiligsten Herzen geweiht.
Am vierten Jahrestage der Krönung, dem 8. September 1873 waren nicht nur Frankreich, sondern auch viele fremde Gegenden durch 250 Fahnen und durch 30,000 Pilger repräsentiert.
Am 11. Dezember 1873 geruhte Pius IX. die Statue U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen im Kloster der Ursulinerinnen zu Sittard (Holland) krönen zu lassen; die nämliche Gunsterweisung ließ er am 23. Oktober 1874 dem Standbilde U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen, welches in der den P.P. Serviten zugehörigen St. Josephskirche zu Innsbruck (In Tirol) verehrt wird, zuteil werden.
Am 16. November 1878 gestattete Se. H. Papst Leo XIII., die alte, früher den Spaniern gehörende Kirche des hl. Jakobus, welche die Missionare vom Heiligsten Herzen angekauft hatten, und welche sich zu Rom, dem Mittelpunkte des katholischen Erdkreises, befindet, U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen zu weihen.
Endlich, durch Dekret vom 26. April 1879, setzte Se. päpstliche Heiligkeit Leo XIII. für die ganze katholische Welt in dieser nämlichen Kirche zu Rom die Allgemeine Erzbruderschaft U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen ein und betraute mit deren Leitung die Missionare vom Heiligsten Herzen zu Issoudun.
Zu allen Zeiten des Jahres kommen Scharen von Pilgern, teils aus Dankbarkeit, teils um reichlichere Gnaden und Gunstbezeugungen zu erlangen, in ihre Basilika nach Issoudun und Rom, um darin zu U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen zu beten. Getröstet kehren dieselben nach Hause zurück, indem sie Gott bitten, er möge sie später wiederum zu den Füßen von U.L.Fr. vom Heiligsten Herzen zurückkehren lassen.

Wird fortgesetzt.

Saturday, January 20, 2007

Philippsdorf 1866 - le Lourdes allemand

Philippsdorf, longtemps appelé "Le Lourdes allemand", se trouve maintenant dans la République tchécoslovaque: à l'époque des apparitions, ce petit village des Sudètes fut le pélérinage national des allemands qui formaient dans la région une petite colonie très fervente et active. Les guerres ont modifié à l'aveuglette les frontières et bouleversé les limites territoriales des pays.
En 1866, Philippsdorf était un tout petit village blotti dans une vallée peu profonde et cerné de molles montagnes boisées. A ce moment, personne ne se souciait de ce lieu insignifiant... Dans la maison N° 63, il n'y avait qu'une pièce assez vaste, sombre et peu meublée: dans un coin, un grand lit à baldquin et à rideaux abritait une pauvre fille à moitié morte, Magdalena Kade.
Magdalena était la fille de pauvres tisserands, née le 5 juin 1805 dans une hutte au toit de chaume et aux murs de planches.
Malgré la misère de la famille, les années d'enfance et d'adolescence de Magdäle, comme on la surnommait affectueusement, furent sans conteste les plus heureuses, car à l'âge de 19 ans elle fut prise d'une grave maladie, une sorte d'inflammation des poumons et de la cage thoracique, accompagnée de crampes et de syncopes douloureses. Il fallut se résoudre, la mort dans l'âme, à lui administrer bientôt le sacrement des malades, car elle semblait à toute extrémité. La famille était pieuse, les nécessités spirituelles passaient avant toute occupation matérielle. La mère et le frère de la jeune fille prièrent et multiplièrent neuvaines et rosaires, tant et si bien que Dieu, touché par tant de ferveur, accorda la grâce, ardemment souhaitée, sinon d'une guérison, du moins d'une nette amélioration.
Mais la santé de Magdäle restait en fait assez chancelante, et sa mère la soigna, avec amour et délicatesse, pendant sept ans à peu près. Entre-temps, Josef, le frère unique et très aimé, s'était marié à une pauvre mais pieuse jeune fille des environs. La hutte de planches au toit de paille n'abritait que les deux femmes, la mère et la fille. Magdäle eut l'occasion de travailler quelque peu, pendant les intervalles de répit que lui laissait son mal. Mais en 1861, la mère mourut, et la jeune fille demeure seule dans la hutte, portant ses épreuves avec foi et priant constamment.
Certes, elle eût bien voulu trouver un époux chrétien, bon et travailleur, mais à qui fût venue l'idée de se marier avec elle? A moitié invalide, pauvre et seule, elle sut, grâce à sa foi profonde, accepter et offrir à Dieu toutes ses peines, physiques et morales. Elle avait quelquefois songé au couvent, mais qui était-elle pour prétendre à cet honneur? Alors elle restait une malade tout abandonnée à Dieu. C'était là sa vocation, elle s'efforça de la remplir au mieux.
En 1864, elle put entrer en service dans la famille Kindermann, où elle pensa demeurer assez longtemps car sa santé reprenait le dessus. Et quelques semaines après qu'elle fut entrée en service, une terrible maladie à peine concevable la frappa de nouveau, qui la rendit grabataire et la tint impitoyablement, pendant des mois entiers, dans son lit: tout le côté gauche de sa poitrine s'était couvert de plaies énormes, purulentes, qui gagnaient sans cesse les régions avoisinantes. Les bains brûlants, préconisés par le Dr. Ulbricht, les remèdes ordonnés par le Dr. Grülich, n'eurent d'autre effet que de l'affaiblir encore plus, et de provoquer des syncopes violentes. On la jugea perdue, elle comprit qu'elle ne vivrait pas et demanda le saint viatique, qui lui fut apporté le 21 décembre 1865 par le P. Storch.
Magdalene se trouvait chez son aîné Josef, qu'elle n'avait jusque là voulu incommoder par sa présence. Mais comme la famille Kindermann ne pouvait la garder, elle avait dû prendre une décision. Son frère l'avait conduite chez lui en la traînant dans une petite carriole à bois, le 15 décembre 1865.
Après le viatique, trois semaines à peine supportables s'écoulèrent encore. Le 12 janvier 1866, les douleurs devinrent si vives que la malade ne cessait de gémir, de pleurer et de pousser des cris. Vers minuit, Josef se chargea encore une fois de la changer de place dans le lit, puis une amie, Veronika, prit place auprès de Magdalene, qui était mourante et commençait à délirer. Veronika était fille de la famille Kindermann, qui avait hébergé la pauvre malade pendant plus d'un an, et avait, au cours des mois, appris à aimer Magdalene.
Vers deux heures du matin - c'était le 13 janvier -, Veronika entendit avec étonnement la malade lui demander: "Veronika? peux-tu m'asperger d'eau bénite?" La jeune garde-malade fit ce qui lui était demandé, et Magdalene reprit: "Veux-tu prier pour moi? Le Memorare de saint Bernard, s'il te plaît." Et Veronika pria à haute voix. Puis la malade dit d'une voix étonnamment ferme: "Dieu n'a pas l'intention de me charger plus que je ne peux supporter... Là où est la plus forte épreuve, là est aussi la plus grande grâce avec le secours de Dieu... Et maintenant, va... va te reposer un peu!"
Veronika s'étendit sur un banc près du lit, reposant la tête sur l'oreiller. Puis un bruit la réveilla. Elle sursauta et demanda ce qui se passait. Magdalena, qui veillait depuis plus d'une heure, la tranquillisa, lui disant: "Ce n'est qu'un ouvrier qui se lève, pour son travail."
Quatre heures du matin sonnent, en ce samedi 13 janvier 1866. Soudain, la pauvre chambre s'emplit d'une clarté éblouissante et au pied du lit, la lumière est plus vive! La malade, qui ne dort toujours pas, sursaute et réveille sa compagne en s'écriant. "Regarde cette clarté, Veronika!" Mais Veronika peut seulement percevoir la faible lueur de la misérable lampe à huile. Elle se tourne vers sa compagne, et la voit agitée d'un tremblement, sorte de frisson régulier, comme une feuille, une brindille dans le vent, affolée, croyant venue la dernière heure, elle s'agrippe à son amie malade, qui s'écrie doucement: "Oh, je la vois, je la vois!" Veronika ne voit rien et n'ose rien dire.
Au pied du lit, une jeune Dame tout de blanc vêtue se tient, au coeur d'une lueur à la fois très douce et éclatante. Elle porte une longue robe d'un blanc immaculé qui tombe en plis droits de ses épaules jusqu'à terre: les pieds sont couverts par le vêtement, qui cache aussi sous ses plis la main droite tendue vers Magdalene et la gauche posée sur son coeur. Le Visage de la Dame est d'une beauté, d'un éclat indescriptibles, encadré de blonds cheveux qui tombent en boucles sur les côtés, et couronné d'un diadème d'or rayonnant.

Tombée en extase à la vue de Marie, car c'est elle, Magdalene s'écrie à l'adresse de son amie: "Oh, agenouille-toi! ne vois-tu donc pas? Elle est là!" Mais Veronika, stupéfaite, ne voit rien; la malade la force, d'un geste de la main, à tomber à genoux.
Magdalene se met à pleurer comme un petit enfant, et son amie en fait autant. Les rayons projetés par l'apparition deviennent à ce point aveuglants que la malade doit mettre ses mains devant ses yeux. Son amie lui prend les poignets et l'oblige à regarder, l'éclat, insupportable jusque là, s'est transformé en une lumière très douce, suave, qui inonde les membres perclus de Magdalene. Celle-ci se met alors à chanter, les mains jointes:
"Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur!"
A peine a-t-elle achevé ce premier verset du magnificat, que l'apparition dit en souriant:
"Mon enfant, guéris à présent!"
Et elle disparaît en souriant, d'un coup, tandis que la chambre retombe dans une étrange obscurité. Magdalene poursuit la fin du magnificat, puis demande à Veronika de se hâter d'aller chercher son frère Josef et sa belle-soeur. Dès que ceux-ci arrivent, presqu'endormis encore, Magdalena leur dit: "Je suis guérie, Elle me l'a dit!" On cherche, en vain, à la calmer, car on croit qu'elle a eu une crise de délire. Mais elle insiste, en s'écriant: "Arrêtez, la Mère de Dieu a dit que je suis guérie!"
La voix de Magdalene est ferme, et son visage auparavant crispé de douleur, est reposé et frais. Elle dit: "Faites donc de la lumière!" Et elle découvre son côté en se tournant vers le mur, arrache vivement le pansement et le tend à Veronika: l'amas des bandages est encore souillé de pus humide et de sang frais, mais la peau est comme refaite, régénérée, seule demeure une toute mince blessure, qui cicatrisa en quelques jours... Toutes les douleurs ont disparu, la guérison est radicale, complète, irréversible.
Alors, aux témoins bouleversés, la jeune fille quelques instants auparavant très malade encore, raconte ce qu'elle a vu et ce qu'elle a entendu. La guérison est là, signe d'authenticité indéniable. Tous prient alors avec ferveur. Puis Magdalena se lève; Josef, par réflexe, veut la soutenir, elle rit très joyeusement... Dès le lendemain, Magdäle put faire la lessive et cirer le parquet, ce que son frère lui interdit toutefois... Dès le 15 janvier, elle était en pleine forme.
Le curé fut averti des événements, et jugea indispensable d'alerter l'évêque au plus vite, car la guérison ne resterait très longtemps cachée. En effet, la pauvre petite chambre devint le but de pélérinages de plus en plus nombreux: les catholiques de Bohème, de Saxe et de Franconie accoururent sur cette aire mariale; de nombreuses grâces furent accordées par la Vierge Marie, des guérisons de plus en plus fréquentes furent enregistrées! Le vicaire Storch réunissait scrupuleusement tous les témoignages, qui composèrent bientôt neuf gros cahiers. Il les transmit à l'autorité ecclésiastique, pour le dossier que l'on devait constituer en vue de l'enquête. L'enquête canonique fut impartiale, mais très sévère; les conclusions définitives de la commission instituée par l'évêque quand celui-ci eut reçu les documents furent toutes positives: les faits étaient surnaturels, et il était à souhaiter qu'une chapelle d'action de grâces fût élevée.
Bientôt le modeste sanctuaire reçut tant de pèlerins, venus même d'Amérique et de pays très éloignés, qu'on envisagea d'élever, si l'évêque le Leimeritz ne faisait pas d'objection, une église plus vaste qui pût réunir tous les visiteurs. L'abbé Storch se fit, sur le conseil même de l'évêque, l'apôtre infatigable du "Lourdes allemand" et de la Vierge, invoquée sous le vocable "Salus Infirmorum" (Salut des Infirmes).
En 1868, un architecte de Vienne se proposa pour établir les plans d'une église à deux tours, assez vaste et élégante: un seul voeu était la condition de ce travail proposé à titre gracieux: que son nom restât inconnu de tous. Les travaux commencèrent en 1870, et l'ouvrage fut achevé en 1885. Dès 1884, près de la basilique presque achevée, un monastère de Rédemptoristes fut entrepris. Les premiers Pères s'y établirent le 8 octobre 1875, trois jours plus tard, le nouveau sanctuaire, pouvant abriter 4000 presonnes, fut consacré par l'évêque de Leimeritz, au cours d'une cérémonie solennelle.
L'évêque n'avait pourtant pas voulu reconnaître formellement l'authenticité même des apparitions, à cause des persécutions que le Kulturkampf commençait à susciter sur tout le territoire allemand. Les faits de Philippsdorf sont dans une situation comparable, par exemple, aux apparitions de Marpingen, un peu postérieures, ou de Pellevoisin, en France.
En 1926, le sanctuaire fut élevé au rang de Basilique Mineure, par le pape Pie XI qui lui accorda de nombreuses indulgences et des privilèges de Sainte-Marie Majeure.
Malheureusement, Philippsdorf passa bientôt sous le contrôle des communistes, qui s'acharnèrent contre le sanctuaire, malgré la résistance obstinée des fidèles. Au cours de la nuit du 12 au 13 avril 1950, des militaires envahirent les lieux, chassèrent les derniers Pères Rédemptoristes, saccagèrent le bâtiment conventuel et la basilique, profanèrent toute l'abside et le maître-autel, et ne laissèrent derrière eux que ruine et désolation... Et, à partir de ce jour, le pélérinage fut supprimé officiellement par les autorités civiles. Mais nous savons que Marie écrasera enfin la tête du serpent: Philippsdorf retrouvera alors sa première splendeur.

Christian Rouvières

Der heilige Blasius, Bischof und Märtyrer

St. Blasius, Bishop and MartyrFesttag am 3. Februar

Der große Bischof von Sebaste in Armenien war das Vorbild eines Oberhirten. Unermüdlich als Verkünder und Hüter des christlichen Glaubens, besorgt und gütig als Vater der Amen, heilig in seinem Lebenswandel, unerschrocken in allen Gefahren und Verfolgungen, treu bis in den Tod, so steht St. Blasius vor uns, eine Zierde der katholischen Kiche. In der letzten großen Christenverfolgung zu Beginn des 4. Jahrhunderts starb er nach unmenschlichen Martern für Christus und die Kirche. Um seine Fürbitte und seinen Segen (Blasiussegen) fleht das christliche Volk besonders bei Halsleiden, weil er einst zu Lebzeiten ein Kind, dem eine Fischgräte im Hals steckengeblieben, wunderbar vor dem Tod gerettet hat.

Heiliger Blasius, bitte für uns!

Saturday, January 13, 2007

Sankt Magdalena

Welch ein Glück war dir verliehen
Schon in dieser Erdenfrist,
Reuig durftest du einst knieen
Vor dem Heiland Jesu Christ.

Durftest mit der Buße Sehnen
Nahen ihm, dem Gotteslamm,
Und mit wahrer Reue Tränen
Seine Füße fromm umfahn.

Der uns alle kam zu retten
Als ein guter treuer Hirt,
Löste auch die Sündenketten
Deiner Seele, weit verirrt.

An dem ersten Ostermorgen
Eiltest du zum Garten hin,
Mit der Liebe treuem Sorgen
An dem Grab des Herrn zu knien.

Welche Freude, dort zu finden
Den verklärten Herrn und Gott,
Der dir selber wollte künden,
Daß erstanden er vom Tod.

Bitt für uns, daß wir hienieden
Folgen dir, o Büßerin,
Kosten schon den Herzensfrieden,
Der der Buße wird verlieh'n.

Mit Druckerlaubnis des Erzb. Ordinariats Köln.

Wednesday, January 03, 2007

Die Sühnekirche auf dem Tibidabo - Barcelona

Imagen del Sagrado Corazón de JesúsIm April 1886 besuchte der hl. Johannes Bosco seine Schützlinge, die Kinder und Ordensbrüder (Salesianer) in Barcelona. Auf der Reise dorthin sagte ihm eine innere Stimme: Tibi dabo, Tibi dabo (lateinisch, zu deutsch: ich gebe dir). "Was wird der Herr mir geben?", fragte sich der Heilige.
Don Bosco weilte einen Monat in Barcelona und wirkte zahlreiche Wunder. Am Vorabend seiner Rückkehr nach Turin, am 5. Mai, machte er sich auf, um in der Kirche der Virgen de la Merced, der Schutzpatronin der Stadt, Abschied zu nehmen. Dort erwartete ihn eine willkommene Überraschung: Der Verband der katholischen Männer übergab ihm feierlich den Tibidabo als Besitz, damit er dort eine Kapelle des Heiligsten Herzens Jesu errichte. Tief bewegt berichtet der Heilige von der inneren Stimme, die er auf seiner Reise vernommen hatte, und ruft aus: "Nicht eine Kapelle, sondern eine große Kirche wollen wir dem Heiligsten Herzen erbauen, Gott zum Ruhme und als Ausdruck des starken und überlieferten Glaubens des ruhmreichen katholischen spanischen Volkes".
Man begann mit ihrem Bau am 30. Mai; die Einweihung fand am 3. Juli, dem Feste des Heiligsten Herzens Jesu, satt.
Für die Krypta begannen die Arbeiten 1902; die feierliche Einweihung erfolgte am 17. Juni 1911.
Tibidabo Sanctuary Barcelona, InteriorDer Ehrentitel "Sühnekirche - Spanisches Nationalheiligtum" wurde der Kirche auf dem Tibidabo anläßlich des 12. Internationalen Eucharistischen Kongresses in Madrid im Jahre 1911 verliehen.
Im Mai 1927 wurde das Internat für die Chorschule eröffnet. Diese wurde ins Leben gerufen, um die Verehrung des Allerheiligsten Altarssakramentes auf dem Tibidabo würdig zu gestalten.
Im Juli 1936 (Spanische Revolution) bricht über den Tibidabo eine Welle des Hasses und des Fanatismus herein, die alles in Rauch und Trümmer legt; zwei Salesianerpatres werden ermordet. Trümmer und Verwüstung bleiben zurück.
Mit der Wiederkehr des Friedens setzt der Wiederaufbau ein. Höhepunkt ist die Errichtung einer Herz-Jesu-Statue auf der Spitze der Zentralkuppel und der erste Internationale Herz-Jesu-Kongreß im Oktober 1961.
Als tatkräftiger Förderer des Werkes auf dem Tibidabo und um seine Liebe zu ihm zum Ausdruck zu bringen, zeichnet der Heilige Vater, Johannes XXIII, das Gotteshaus dadurch aus, daß er dessen äußere Beleuchtung persönlich einweiht und es zur Würde einer Basilika erhebt.
Aber die geistige Sendung des Tibidabo drängt nach Verwirklichung. Obwohl der äußere Aufbau 1965 noch nicht gänzlich zu Ende geführt war, begann der Tibidabo sein Sühnewerk, um gleichsam wie ein Blitzableiter den gerechten Zorn Gottes über die Sünden der Menschen abzuwenden und zugleich als Magnet Gottes Gnade und Segnungen auf die Menschen, Familien und Völker herabzuziehen.
Der Tibidabo verwirklicht sein Sühnewerk auf vierfache Weise:

  • durch Sühnemessen,
  • durch Verehrung des Allerheiligsten bei Tag und bei Nacht,
  • durch Sühneopfer,
  • durch ein Sühnewerk zugunsten der Verstorbenen.
Die Sühnemessen sind eines der großen Mittel, durch die der Tibidabo seine Sendung erfüllt. Zahlreiche Besucher betellen eine Messe, um Sühne zu leisten für die eigenen Sünden, für die ihrer Familie, ihrer Betriebe, ihrer Stadt oder ihres Volkes.
Alle Tage, von 9 Uhr morgens bis 6 Uhr nachmittags, ist das Allerheiligste in der Sühnekapelle feierlich ausgesetzt. Von Barcelona und Umgebung kommen die Gläubigen herauf, um im Geiste der Sühne eine Stunde der Anbetung zu Füßen des eucharistischen Heilandes zu verbringen, Frauen, Männer und Familien im Wechsel, Schulen, relgiöse Gemeinschaften und Vereine.

Tibidabo Sanctuary Barcelona, ExteriorZum Nutzen der Wohltäter und all derer, die zum Aufbau des Sühnewerkes beigetragen haben, aber auch um den Verstorbenen zu Hilfe zu kommen, hat der Tibidabo das Sühnewerk zugunsten der Verstorbenen ins Leben gerufen, um denen, die vor uns in die Ewigkeit abberufen wurden, durch die Feier der Heiligen Messe und durch Fürbitten beizustehen.
Der Tibidabo opfert alle Tage eine Messe, den hl. Rosenkranz und eine Stunde der Anbetung für die Verstorbenen, die Mitglieder des Sühnewerkes waren, sowie für alle, die an diesem Tage sterben.
Auch Sie können an dem Sühnewerk des Tibidabo teilhaben und sich seiner Verdienste und Früchte erfreuen, indem Sie teilnehmen an der Anbetung am Tage oder in der Nacht, oder im Geiste sich mit ihr vereinen, indem Sie als Sühne eine Heilige Messe feiern lassen oder ein materielles Opfer darbringen. Das Heiligste Herz Jesu wird seine Gnaden und Segnungen in verschwenderischer Fülle Ihnen und Ihrer Familie zuströmen lassen.